Juste avant le bonheur – Agnès Ledig

Résumé : 

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invité dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…

C’est la première fois que je lis un livre de Ledig et honnêtement j’étais sceptique, on m’avais dis que c’est le genre « tout va toujours bien », mais j’ai attaqué et c’était vraiment un bon moment

Pourquoi j’ai apprécié :

Ça part d’une situation critique pour le personnage principal donc déjà tu sais que ça va bien finir, parce qu’on va pas faire tout un bouquin si la situation finale est pire qu’au départ. 

J’ai bien aimé, ça traite de sujets réels et d’actualité comme la mort ou la misère de la pauvreté avec bien sur une bonne dose d’émotions au passage. (Oui j’ai pleuré) C’est un livre qui se lit bien, l’écriture est pas barbante, j’ai pas rencontré de moments trop lent ou long. 

La petite phrase qui claque :

« La vie s’apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues, quand elles s’abattent sur la plage, et puis le silence d’après, quand elles se retirent. Deux mouvements qui se croisent et s’entrecoupent sans discontinuer. L’un est rapide, violent, l’autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d’autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. Parce que c’est ça, la vie… C’est le mouvement, c’est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme. Mais le clapotis quand même. Un bord de mer n’est jamais silencieux, jamais » 

Ce livre est un message d’espoir pour faire comprendre qu’on est jamais seul, on peut toujours trouver des gens réellement sincère en qui on peut avoir confiance. Il ne faut pas croire qu’on est sur terre juste pour se bouffer de la merde dans la tête, car la vie est pleine de surprise et comme dirait Forrest Gump « La vie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber ». 

Un livre qui fait du bien, sur la reconstruction de soi malgré les éepreuves et rappelle que la joie n’est pas forcément la ou on l’attend. Voilà première expérience positive pour ma part

Et vous ? 

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s