Le Tailleur de pierre – Camilla Läckberg

J’ai découvert avec passion, les écrits merveilleux de Läckberg, et pour ne pas tourner à l’obsession, je vais faire une petite pause, pour ne pas risquer de me lasser, mais aussi parce que 3 bouquins en 1 semaine ça devient inquiétant. 

Le résumé : 

Un pêcheur de Fjällbacka retrouve dans son casier à homards le corps d’une petite fille noyée. Bientôt on constate que Sara, sept ans, a de l’eau douce savonneuse dans les poumons. Quelqu’un l’a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une enfant ? 

Alors qu’Erica vient de mettre leur bébé au monde, Patrik Hedström, bouleversé par son nouveau rôle de père, mène l’enquête sur cette horrible affaire. Car sous ses apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines – querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles – dont les origines remontent aux années 1920. Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps, sans avoir jamais cessé de la haïr…

J’avais adoré le premier, le deuxième un peu moins, mais lui je l’aime d’amour et il dépasse le premier. J’ai l’impression qu’il y a une sorte d’ambiance générale par tome. Le premier c’était un peu la nostalgie, le deuxième était une sorte de huit clos et pour celui-là je dirais qu’il y a une ambiance girl power 😊 Ces impressions correspondent à l’état d’esprit d’Erica, bref du génie tout simplement 

On a un récit qui part de 1920, qui se recoupe avec le récit actuel. C’est une super façon de faire pour comprendre pleins de choses en amont et donne lieu à toutes sortes de théories dues à mon imagination. 

Erica est prisonnière de l’allaitement, un personnage est atteint du syndrome d’Asperger et une mère vient de perdre sa fille, ce sont entre des personnages ce livre. Ce qui m’a frappé dans ce récit, c’est la diversité de personnages, il y en a plus que d’habitude et même si on le voit pas venir, chacun est minutieusement placé pour l’avancée de l’enquête. 

La psychologie des personnages est bien plus travaillée dans ce tome. Outre Erica-Patrik, chaque personnage présent nous ouvre son passé, ses ambitions, sa vie quoi. Il n’y a pas de personnage délaissé. Ça donne une dimension intéressante, on pense connaître tout le monde et pouvoir en tirer des conclusions… ahahah 

Concernant mon ressenti « girl power » !!!! Il y a une présence forte du personnage féminin et ce qui est vraiment intéressant c’est que par moments il y a des conflits de générations, du genre la mère femme au foyer qui ne comprend pas les choix de vie moderne de sa fille. Enfin bref d’une façon ou d’une autre, tous les personnages féminins sont déterminées à vivre une vie qu’elles ont choisies, et forcent le respect par leur ténacité. 

Voilà je l’ai trop aimé 

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s