Viveca Sten – Les nuits de la Saint-Jean

J’en ai beaucoup entendu parler. On m’a dis plusieurs fois que c’est à lire si on aime le style de Läckberg, ce qui bien sur, est mon cas 

Le résumé : 

Sur l’île de Sandhamn, une jeune fille a disparu au cours de la nuit. L’inspecteur Thomas Andreasson et son équipe ratissent les lieux, mais Lina Rosen est introuvable.

L’enquête conclut à une noyade accidentelle. Quelques mois plus tard, Nora Linde, l’amie d’enfance de Thomas, décide de prendre quelques jours de vacances sur l’île avec ses enfants. En jouant dans la forêt, ses deux garçons font une découverte macabre : des restes humains dans un sac enfoui sous la neige. Est-il possible que ce soit le cadavre de Lina ? Et qu’elle est cette ombre qui menace les Rosen ? Malgré l’absence de pistes, Thomas et Nora ont un étrange pressentiment : l’assassin de Lina n’en a pas fini avec sa sinistre mission 

Alors, alors. On peut effectivement affirmer que Sten est la digne héritière de Läckberg. C’est le même style d’ambiance, forcément c’est le même genre de région froide ou tout le monde est pauvre et il ne se passe jamais rien, jusqu’à ce que…

L’écriture est fluide et on avance vite. Le nom des personnages se ressemblent beaucoup et et ça devient plus compliqué à situer qui est qui, que chez Läckberg. 

Même style d’enquête que j’affectionne beaucoup avec toujours un parallèle dans les années 1950 qui donne des conséquences sur les évènements du récit. J’adore je trouve ça tellement ingénieux, tu as toutes les clés sous les yeux et pourtant jusqu’à la fin tu ne sais pas bien les motivations et qui est l’assassin et d’un coup tout se met en place 👍

La seule différence c’est que là c’est deux amis d’enfance qui enquêtent et ils ne sont pas en couple. 

C’est le premier que je lis et ça fait longtemps que j’ai pas lu de Läckberg donc peut être bien que c’est moi qui suit contente de retrouver ce genre de lecture et qui le calque sur Läckberg 

 C’est sympa, l’enquête est intéressante. C’est pas le premier donc j’aurais peut-être pas du commencer par celui-ci non plus. 

Il y a un passage d’une grande tristesse tellement sincère. Les personnages sont très lucide et dur envers eux-mêmes 

« Elle avait toujours peur que quelqu’un découvre qu’elle était une incapable, qu’elle n’avait rien dans la tête. Elle pouvait à peine lire les versets dans la Bible. Elle ne méritait donc pas cette beauté que tout le monde admirait. Elle le savait depuis l’enfance. 

Quel soulagement quand elle avait enflé et que sa beauté avait disparu sous la graisse : l’écart entre son apparence et ce qu’elle était à l’intérieur de réduisait. Le risque d’être percé à jour n’était plus aussi effrayant. Elle avait autant de défauts dehors que dedans.  » 

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s